Lançons un projet normand

professionnel
logiciel-libre
entreprise
collectif

#1

Comme toujours j’aime réfléchir a l’articulation entre le monde de l’entreprise et de l’associatif.

Encore que cette réflexion va finir par tourner sur la réflexion suivante : Peut on vivre du libre ?

Lors de mes dernières discussions avec divers interlocuteurs j’avais envie d’un projet qui soit a la frontière des deux. Un projet qui fait appel a l’implication citoyenne par l’intermédiaire des associations réunies sous la bannière Normandie libre et pouvant alimenter de manière pérenne l’emploi local des pro faisant parti eux aussi de Normandie libre.

Mais pour cela il faut quelque chose a vendre.

Pour l’utilisateur final quelque chose qui soit viable.

et pour cela j’aimerai que vous visionniez cette excellente vidéo de M. Bidouille qui essaye de décortiquer les mécanismes de la centralisation sur internet :
Pourquoi nous sommes tous coincés sur youtube ?

Donc quoi vendre ?

Je propose ceci :
Un paquet équivalent a l’éco systeme google smartphone/serveur centralisateur/sauvegarde/mail simple, mais payant et respectant les données personnelles.

Techniquement ce n’est pas très compliqué :

  • un smartphone facilement flashable.
  • une pré-installation des applis de syncro dev/card/
  • un serveur avec une solution de type owncloud.

Voilà. Et un schéma de type développement et soutien pub associatif. Vente et suivi des abonnements : entreprises.

Ca vous dit ?

Bisous a tous.


#2

Bonjour,

J’aimerais rebondir sur ces deux sujets à savoir

  • Association vs Entreprise
  • Paquet à vendre

[ Association vs Entreprise ]

Pour connaitre les deux, la seule qui différencie une Association d’une Entreprise, c’est le statut.
Dans la pratique, les deux modèles d’entités sont soumis aux mêmes contraintes sauf peut être pour la fiscalité car pour une association elle commence au alentour de 62000 euros mais ceci va aussi de pair avec la capacité réduite que possède une association à faire du profit.

[ Paquet à vendre ]

En fait, les choses ne se déroulent pas comme ça : on ne créé pas un marché en partant du produit, on créé un marché en partant du besoin des consommateurs.

Ca veut dire qu’il faut commencer par identifier ces besoins pour ensuite chercher à y répondre.
Une étape préalable consiste d’abord à étudier le marché.

Ensuite des outils permettent de canaliser les idées et de les chalengers :

  • Proposition Value Canva
  • Business Model Canva

Donc ton paquet est peut être très bien, mais est ce qu’il y a une demande pour celà ?
Et est ce que le statut d’association est le plus pertinent ?

Sachant que les associations n’ont pas le monopole de l’éthique, si c’est ce que tu recherche.

Amicalement,

Philippe


#3

Merci à @phbechet pour sa réponse. J’y devine des compétences en études de marchés qui ne sont pas courantes…

Mais j’amerais revenir sur un ou deux points de la réponse qui me montre que je n’ai pas bien su expliquer mon point de vue.

Une association et une entreprise c’est peu ou prou la même chose. Certe, d’un point de vue juridique ou fiscal, il peut surement être difficile de différencier les deux. Mais sur le plan des objectifs on est bien d’accord que l’entreprise sert a rémunérer des gens ( essentiellement ) , alors que le millieu associatif a pour objectif celui qu’elle se donne. Elle n’a pas à être rentable. Alors que l’entreprise, oui. ( Ou alors, j’ai rien compris a notre monde…:smirk: )

[ Association vs Entreprise ] ->> Non surtout pas “Versus” !! Au contraire. J’ai toujours pensé que le bisness model qui était capable en france a long terme de rendre viable pour des personnes physiques de vivre du libre n’était pas encore inventé. Mais que la solution viendrai surement d’une coopération intriquée de la relation client/adhérent/association/entreprise. Mais peut être est ce une fausse piste.

Etudier le marché -> Ca c’est indispensable, mais moi je suis un pur produit associatif et fonctionnaire qui plus est… J’aimerai en avoir le temps et les compétences. Cela aiderai les collègues du collectif qui essayent de vivre du libre. Peut être cela pourrait être un atelier de la prochaine rencontre si tu es dispo ?

Et loin de moi l’idée que les associations ont le monopole de l’éthique ( Parce que comme dans les entreprises, il y a des humains dedans aussi )

A bientôt IRL j’espère.


#4

Oui oui oui ! C’est une idée que j’ai depuis un moment et que j’aimerais vraiment voir exister un jour !
Il y a de la demande, c’est certain, pour peu que l’on parvienne à rendre cela simple d’utilisation et fiable dans le temps. En termes de modèle économique, cela peut être une initiative d’abord associative puis entrepreneuriale, le temps de réunir un portefeuille client suffisant, ou bien purement associative, selon les envies des principaux motivés en termes de profit et de gouvernance. Il faudra par contre s’assurer de pouvoir correctement rémunérer les mainteneurs car ça demandera un gros boulot.
À découper ensuite en maillage territorial pour éviter une nouvelle centralisation.


#5

Bonjour TomAlba,

Merci pour ta réponse.

Une association est généralement à l’initiative de citoyen dans le but de créer une entité morale qui permette de faire des choses.

Trois voie de financement sont généralement employées :

  • Don / Mécénat / Subvention
  • Adhésion
  • Vente de produit et de service

Alors bien évidement il n’y a pas d’équilibre entre ces moyens de financement et tout dépend de la nature de l’association.

Ceci étant dit, je constate dans le milieu associatif qu’une dominante est en train de s’imposer : la vente de prestation aux entreprises pour financer des activités. C’est à dire une sorte de fonctionnement qui ressemble à celle de Robin des Bois.

Les adhésions ne suffisent généralement pas à couvrir les frais quant aux subventions, dons et mécénat, ils sont de nature imprévisible et nécessite le développement d’une audience.

Comme nous n’attrapons pas des mouches avec du vinaigre, ce modèle de financement ressemble de plus en plus à un business type B2B.

Dans les deux cas, les contraintes sont très similaires à celles des entreprises et les associations doivent à présent fonctionner dans une économie de marché.

Donc si l’on prend l’exemple du Libre, pour que cela fonctionne il faut je pense commencer par de la prestation en entreprise pour financer les développements.

Je pense que le modèle existe déjà et qu’il s’est imposé de lui même comme chez RedHat ou Ubuntu pour les distributions linux, Talend pour les outils BigData, Confluent pour les Messages Bus Kafka très en vogue depuis temps, etc …

D’un coté il y a des contributeurs salariés ou non qui construisent la solution, de l’autre la vente de “connaissances” , à travers la solution elle même (qui est finalement un amalgame de savoir qui ont permis sa création) et le support.

La marché du libre est donc un marché de la connaissance.

Donc je pense que si tu souhaites mettre un modèle en place, il devra s’intéresser aux entreprises sous la forme d’un accompagnement dans le déploiement de solution OpenSource et de formation.

Il peut également s’appliquer à organiser des évènements type salon à destination des entreprises et du grand public avec droit d’entrée pour les exposants et/ou des visiteurs en fonction de la nature de l’évènement.

L’argent gagné pourrait ensuite servir à la rémunération des permanents de l’association et financer (ou du moins supporter les coûts) des formations pour le grand publique, les personnes en difficultés, les personnes agées, etc …

Je parle d’Ethique pour les associations car généralement on associe ce statut à une démarche citoyenne et désintéressé alors que la création d’une entreprise est clairement à vocation commerciale.

Il existe bien sûr des entreprises avec une dimension éthique très marquées.

Enfin, l’étude de marché est indispensable pour être en phase avec les attentes des clients potentiels car il est relativement rare qu’une entreprise impose son produit ou son service. Elle se base généralement sur un besoin ce qui nécessite d’étudier en amont ces besoins et les canaux de communications qui permettront de faire connaitre aux entreprises qu’une offre est disponible pour les satisfaires.

Je t’invite (a moins que tu ne les connaissent déjà) à découvrir deux outils très intéressants pour mettre au claire les idées ou du moins le processus de réflexion :

Amicalement,

Philippe